• Le tour du monde à vol d'Oiseaux

     

     

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Magazine "Toutes saisons" numéro 6    ICI

     

     

    Le tour du monde à vol d'oiseaux de Villars les Dombes

     

    Pour ceux qui affectionnent la gente ailée, le Parc des oiseaux est un endroit merveilleux pour les admirer ou les découvrir,
    qu'ils soient d'ici ou d'ailleurs, connus ou inconnus à nos yeux...


    Non seulement on y découvre des oiseaux des quatre "coins" du monde, mais le site est vraiment très bien agencé, tant dans la beauté de
    son environnement que dans l'approche pédagogique.

     

     Le tour du monde à vol d'Oiseaux

     Grue à cou blanc

    La Grue à cou blanc fréquente plusieurs types d’habitats humides, et se reproduit dans les zones humides ouvertes le long des grandes vallées fluviales ou des rives des lacs,
    dans les marais herbeux et sur des îles au milieu des lacs de steppes où elle peut trouver des roselières.  Elle se nourrit dans les champs labourés près des sites
    de reproduction. Pendant les migrations et en hiver, elle fréquente les jachères et les zones humides comme les marais aux eaux saumâtres, les rizières et les vasières
    des estuaires. La Grue à cou blanc se reproduit au nord-est de la Mongolie, au nord-est de la Chine et dans l’extrême sud-est de la Russie, ainsi que dans les bassins des
    fleuves Amour et Ussuri. Cette espèce hiverne en Corée, au sud du Japon et au centre-est de la Chine, dans le bassin du Yangtsé.

     

     

    Le parc présente 18 ordres sur les 25 que compte le monde des oiseaux.
    C'est une des "collections" les plus diversifiées en Europe et incontestablement la plus importante en France.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux 

    Ombrette Africaine

    L’ombrette africaine vit en Afrique, au Sud du Sahara, et aussi à Madagascar et au Sud Ouest de l’Arabie. Elle fréquente toutes sortes d’eaux peu profondes.
    Elle aime les rives des lacs, les marais, les cours d’eau lents, rocheux et bordés de végétation, de 300 à 3000 mètres d’altitude.

     

     

    Ici, tout est réuni : expérience, compétence et qualité du travail de l'équipe scientifique, ce qui permet au parc d'avoir un développement régulier
    dans sa diversité, profitant soit de la reproduction de ses oiseaux, mais tout autant des échanges avec d’autres parcs européens.

     

    Dans le Parc des Oiseaux, vous découvrez entre autres, 40 espèces inscrites sur la liste rouge des espèces menacées établie par l’Union Internationale
    pour la Conservation de la Nature (UICN). Parmi elles, 15 de ces espèces font l’objet d’un Programme Européen d’Elevage (EEP) qui gère, à l’échelle
    européenne, la population en captivité. 30 autres espèces sont inscrites dans des Studbooks Européens (ESB).  Les Studbooks (à l'instar des chevaux, chiens...)
    sont les livres généalogiques des espèces. Ces ouvrages  recensent l’ensemble des individus et permet ainsi une meilleure gestion des populations captives.
    Le Parc des Oiseaux est coordinateur de l’ESB du Jabiru du Sénégal que vous pouvez avoir la chance de rencontrer quand le climat est chaud
    (je parle du Jaribu bien évidemment).

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux 

    Céréopse cendrée 

    La Céréopse cendrée vit sur des petites iles au large du sud de l’Australie et en Tasmanie. 
    Après la reproduction, la plupart d’entre elles se dispersent tandis que les autres restent sur les aires de reproduction. Les oiseaux non-nicheurs s’envolent vers
    le continent ou les iles plus grandes où ils se nourrissent dans les pâturages côtiers. La Céréopse cendrée se trouve habituellement sur les petites iles au large des côtes
    où elle se reproduit dans les zones herbeuses, les touffes d’herbes et les broussailles basses. En dehors de la saison de reproduction, elle gagne les plages et les
    pâturages côtiers, et fréquente les rives des lacs d’eau douce et des lagunes saumâtres
    .

     

     

    Vous vous trouvez dans un espace ou l'ensemble de l'équipe s’attache à la sensibilisation du public, et par conséquent à l'impérieuse nécessité
    de protéger et de préserver les espèces et les biotopes menacés dans la nature. Le Parc des Oiseaux est engagé aux côtés de grandes
    institutions nationales et européennes, contribuant notamment à sauvegarder des populations d’oiseaux génétiquement viables en captivité.
    Le Parc fait partie de l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums).

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Cormoran pie

    Cette espèce est originaire de l'Australasie. Cormoran pie Son aire de distribution couvre l'ensemble des îles qui vont de l'est de l'Indonésie jusqu'à l'archipel des Salomons,
    y compris la Nouvelle-Guinée. Vers le sud, elle se poursuit dans toute l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie et les îles subantarctiques. Le cormoran pie
    est très adaptable. Néanmoins, il préfère les étendues d'eau douce comme les marécages, les lacs, les étangs, les cours d'eau, les eaux qui débordent du lit des rivières et les
    pièces d'eau artificielles y compris bassins ornementaux des villes. On le trouve également dans les eaux côtières, les lagunes, les estuaires, les mangroves marécageuses,
    les ports abrités, les marais salants et les îles situées légèrement au large du littoral. Tous ces habitats requièrent des arbres et des buissons situés à proximité de l'eau pour
    la nidification et la recherche de nourriture. Sur les pièces d'eau de grande surface, le cormoran pie a tendance à pêcher sur les rives qui ont des eaux peu profondes.

     

     

    Au cour de votre visite, vous découvrez de magnifiques oiseaux que probablement vous n'auriez pas l'occasion de voir en d'autres endroits,
    à moins de voyager de par le monde.

     

     

    Ils seront soit en extérieur, soit en serre humide (pour les oiseaux exotiques) soit en volières (généralement en volière de contact). 
    La plupart des oiseaux sont en mesure de voler librement (non éjointés). Malheureusement (ce qui dans un tel endroit semble évident), 
    certains le sont, comme par exemple quelques Pélicans.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Choucador pourpré

    Les Choucadors pourprés fréquentent généralement les savanes boisées et les paysages ouverts de parc. On les trouve également dans les terres cultivées et les zones
    de broussailles ayant subi des incendies. Ces oiseaux sont originaires du continent africain. Leur aire de distribution couvre une large bande dans la région tropicale
    au sud du Sahara. Ce vaste territoire de plus de 3 millions de kilomètres carrés s'étend de la Sénégambie au Nigéria, se poursuit au Tchad, au sud du Soudan et en
    Ouganda pour atteindre la partie occidentale du Kenya.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux
    Rollier à ventre bleu

    Cette espèce est presque exclusivement confinée dans les savanes boisées non modifiées, dominées par les isoberlinia. Ces arbres caractéristiques de Rollier à ventre
    bleu la zone guinéenne humide forment un couvert clair laissant largement passer la lumière. Toutefois elle fréquente, quoique plus rarement, une grande variété d'autres
    habitats. Elle vit en effet dans les savanes transformées proches des forêts pluviales, dans les plantations, sur les brulis de la forêt équatoriale, le longs des forêts-galeries,
    à l'intérieur de bois touffus proches des prairies, dans les bouquets de palmiers ainsi qu'au bord des marais et des cours d'eau.

    Son aire de distribution se situe majoritairement en Afrique Occidentale. Il s'agit en fait d'une longue bande longitudinale assez étroite qui traverse l'Afrique
    d'ouest en est sans interruption Rollier à ventre bleu du Sénégal jusqu'à l'extrême sud du Soudan. Elle couvre le Sénégal, la Gambie, le Guinée, la Sierra Leone, le sud du Mali,
    le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Ghana (sauf dans la zone des forêts pluviales), le Togo, le Bénin, le Nigéria, le nord du Cameroun , le sud du Tchad,
    la République Centrafricaine, le centre-nord du Zaire. Quelques populations éparses vivent également en Mauritanie et au Niger.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Harle couronné 

    Les harles couronnés sont les seuls harles vivant exclusivement en Amérique du Nord. Autrefois, ils étaient présents sur tout le continent, y compris dans les zones de
    montagnes dans la mesure ou des habitats adéquats pouvaient y être trouvés. De nos jours, il est surtout présent dans la région des grands lacs, dans l'est du Canada,
    mais Harle couronné aussi en bordure du Pacifique dans les états de Washington, de l'Oregon et en Colombie Britannique. Les préférences du harle couronné en matière
    d'habitat sont assez similaires à celles du canard carolin. Il aime les eaux calmes et peu profondes, les réservoirs d'eau claire avec un fond sableux ou de galets.
    De manière générale, il préfère les pièces d'eau proches des forêts de feuillus : rivières de vallées, petits étangs de forêts, retenues de moulins, marécages, ou mares à castor.
    Toutefois, contrairement Harle couronné aux carolins, le harle couronné éprouve de grosses difficultés pour trouver sa nourriture dans les eaux tourmentées ou turbulentes,
    aussi les eaux calmes et à faible débit constituent-elles une priorité dans son choix d'habitats. Le harle couronné délaisse également les lacs de grande superficie.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Garrot à l'oeil d'or

    Pendant la période de reproduction, il vit sur les lacs, les mares et les rivières calmes, plutôt en plaines, mais aussi jusqu’à 3000 m d’altitude dans les Montagnes Rocheuses.
    En dehors de la période de reproduction, il effectue des dispersions vers les eaux libres de glace et les rivières, ainsi que vers les eaux côtières. Le Garrot à l'oeil d'or se
    reproduit depuis le centre de l’Alaska, jusqu’en Oregon et au Colorado. On le trouve aussi au Québec et en Islande. Il hiverne le long des deux côtes Nord Américaines,
    et dans les parties les plus au sud de son habitat.


     

    Un moment fort

    Au cours de votre promenade au milieu des oiseaux, vous pourrez vivre une expérience exceptionnelle au milieu des Loris.
    Ce sont de magnifiques petits perroquets aux couleurs de l'arc en ciel et originaires d'Océanie.

    Vous entrez dans la plus grande des volières de contact aménagée en Europe. Muni d'un petit gobelet (si vous le désirez) contenant du nectar
    dont les Loris sont friands, vous êtes alors au beau milieu de 300 extraordinaires petits oiseaux. Les plus téméraires, et ils sont nombreux,  
    viennent se poser sur vos bras, sur vos épaules ou votre tête, les plus gourmands choisissent votre main pour se régaler de ce que vous leur offrez.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux



    Si toutefois vous ne souhaitez pas une telle approche avec les oiseaux, un circuit parallèle vous est proposé (ici sans le gobelet), et là, les oiseaux se
    contenteront de vous observer comme vous le faites avec eux, dans une approche incomparablement privilégiée.

     

    Les loris appartiennent au groupe des Loriinés, sous-famille des psittacidés selon certains auteurs, famille à part entière pour d’autres.
    Ils sont en effet très différents des autres perroquets, principalement par leur mode et méthode d’alimentation.

     

    Contrairement à la plupart des perroquets, granivores ou frugivores, les Loris s'alimentent essentiellement de nectar et de pollen. Ils prélèvent
    cette substance au cœur des fleurs grâce à une étonnante petite langue recouverte de papilles en brosse.

     

    Les Loris présentés dans la nouvelle volière sont des Loris Arc-en-ciel (Trichoglossus haematodus moluccanus). Comme leur nom l’indique, ils
    ont un plumage extrêmement coloré, le dessus du corps d’un vert éclatant avec une poitrine orange-rouge plus ou moins striée de bleu. L’abdomen
    et la face sont bleu-violet, et la nuque est vert pomme. Ils vivent dans les prairies boisées, les mangroves et les forêts tropicales du Nord, de l’Est
    et du Sud-Est de l’Australie.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

     

    La volière dans laquelle ils évoluent, en compagnie d'autres oiseaux tels que l'Oedicnème bridé, le Carpophage blanc ou les Martin-chasseurs...  est composée de 70 troncs de chêne, dressés pour former sa structure. Sa surface de 700m2 environ présente une hauteur moyenne de 5,5 mètres et est composé de deux sentiers. De part et d’autre de ces sentiers, vous découvrirez une végétation arborée, au feuillage fin, permettant de filtrer la lumière sans trop obscurcir, ceci afin de recréer une ambiance de sous-bois et le milieu naturel de vie des Loris.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Martin-Chasseur à ailes bleues 

    Le Martin-chasseur à ailes bleues fréquente les bois ouverts tropicaux et subtropicaux, les savanes boisées avec des Eucalyptus, les grands arbres le long des cours d’eau,
    les mangroves et les marais, les clairières et les cultures avec des bouquets d’arbres, les grands parcs urbains et les jardins. Il évite habituellement les sous-bois épais.
    Cette espèce est visible dans les plaines en Nouvelle Guinée, et localement jusqu’à 600 mètres d’altitude.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Martin-chasseur géant ou Kookaburra

    Cet oiseau de l'est australien, récemment introduit dans le sud-ouest et en Tasmanie, fréquente prioritairement les lisières des forêts et les clairières, paysages dégagés
    et suffisamment ouverts pour la pratique de la chasse. Mais on peut également l'observer dans les savanes arborées et à proximité des agglomérations. Uniquement
    délimité à l'est et au sud-ouest du continent australien et à la Tasmanie. Dans le centre-nord et le nord-ouest, il est remplacé par la sous-espèce à ailes bleues.
    Dans le Queensland, les deux oiseaux cohabitent, cependant le kookaburra rieur a une implantation plus continentale, alors que l'espèce à ailes bleues a tendance à
    occuper les zones côtières.


    La crique des Manchots

     

    Cet espace évoque une partie de la côte sud du Chili où vivent les manchots de

    Humboldt. Une zone surplombant la crique est recouverte de pierres volcaniques rouges

    sombres. Elle offre un paysage très particulier, sobre et aride. Les Araucaria araucana,

    originaires de cette région sud-américaine, de même, les Yucca gloriosa, et quelques Poacées (Miscanthus chinensis, Penisetum alopecuroïdes) s’intègrent magistralement dans le paysage.

     

    Pour la crique elle même, le Yucca rostrata  contribue au dépaysement.

    Même si cette espèce, une des plus résistantes au froid parmi les yuccas, est plutôt endémique des plateaux mexicains, elle a été implantée avec succès au Parc. C’était la première fois que ce Yucca était planté dans la région de la Dombes. Cette plante très spectaculaire, au feuillage vert-bleuté, a été associée à de gros spécimens de Yucca gloriosa et quelques Amorpha fruticosa, créant un ensemble de végétation original. Là encore, les Poacées plantées en quantité délimitent l'espace, et lui donnent d’avantage d’ampleur, notamment grâce au Cortaderia argentea d’origine sud-américaine.


    Les Manchots de Humboldt

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux

    Ce Manchot ne vit pas sur la banquise, mais sur les côtes Ouest de L'Amérique du Sud, ou le climat est chaud en été et froid en hiver, comme en France.

     

    Les manchots sont souvent improprement appelés pingouins. Ils ont des ailes transformées en nageoires, à l’inverse des pingouins qui volent mais ne nagent pas.

     

    Cet oiseau est donc dans l'incapacité de voler, mais son corps fuselé, ses ailes aux petites plumes imperméables et ses doigts palmés font de lui un champion de natation, capable de plonger jusqu’à 100 mètres de profondeur ! Ses pattes lui servent de gouvernail et ses ailes, appelées "palettes natatoires", le propulsent, telles des nageoires. Avec son excellente vision sous-marine, il fond sur ses proies, gobant les poissons, toujours tête la première.

     

    Les accouplements dans la nature ont lieu toute l’année, mais au Parc, ils sont plus fréquents au printemps. L’éclosion a lieu après 38 jours d’incubation. Les jeunes, nourris par régurgitation, grandissent extrêmement vite et on assiste courant juin au spectacle surréaliste des parents qui nourrissent un jeune plus grand qu’eux, reconnaissable uniquement par son duvet très touffu.

     

    Une espèce en danger : Estimée à un million d’individus au XIXe siècle, la population compterait aujourd’hui 12 000 manchots de Humboldt. Il est classé comme espèce "vulnérable" par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Dans les années 1850, le guano (excréments des oiseaux) fut exploité en masse et utilisé comme fertilisant. Or ces excréments sont indispensables aux manchots pour bâtir leur nid au sein de la colonie. Leur reproduction a dès lors été très affectée. Depuis, chasse, commerce illégal, pêche intensive et pollution ne cessent d’affaiblir l’espèce.

     

    La Nurserie

     

    Chaque année, le Parc des Oiseaux compte près de 500 naissances. Du plus commun au plus fragile et rare des oiseaux, chacun fait l’objet d’une attention toute particulière, bénéficiant des soins attentifs effectués par l'équipe scientifique.

     

    Cet espace permet d’appréhender tous les sujets en lien avec la reproduction chez les oiseaux : la formation de l’œuf, l’incubation, l’éclosion, l’élevage… Des ateliers "rencontres soigneurs"   sont organisés de mai à septembre, mais également à travers différents panneaux pédagogiques.

     

    Le Spectacle des Oiseaux en vol,
    réputé comme étant le plus beau spectacle d'oiseaux en vol du monde.

     

    Le tour du monde à vol d'Oiseaux
    Photo source du site. Clic sur l'image pour y accéder

     

    Le parc des oiseaux dans une volonté de montrer l’oiseau dans sa dimension la plus mythique, le vol, offre également un spectacle (de la mi-avril à fin septembre).

     

    Contrairement à la plupart des spectacles d'oiseaux en vol, ici, ce ne sont pas les rapace qui sont mis à l'honneur, mais les espèces emblématiques du Parc. La majeure partie des oiseaux qui participent au spectacle sont nés au Parc et chacun d’eux a été accompagné dès sa naissance par leurs soigneurs.

     

    Les oiseaux présentés en vol : Pélicans frisés, Pélicans blancs, Grues royales, Grues du Japon, Marabouts d’Afrique, Calaos terrestres, Ibis rouges, Spatules blanches, Ibis de Ridgway, Ara ararauna, Ara militaire, Ara hyacinthe, Cacatoès, Amazones…

     

    Un commentaire didactique vous informe sur le vol des oiseaux, leurs facultés sensorielles, leur mode de vie ou les menaces qui pèsent sur la
    survie de certaines espèces.

     

     

     

    Pour avoir un plaisir complet et prendre le temps de tout découvrir sans avoir à se presser, je crois que deux journées ne sont pas de trop. J'y ai passé une journée complète, sans avoir le temps de tout apprécier... Ma visite ayant eu lieu avant la date d'ouverture du spectacle (début avril 2014), je n'ai pu y assister.
    N'ayant donc eu cette possibilité, et n'ayant pas eu le temps d'admirer tous les oiseaux, je prévois donc d'y retourner, cet endroit en vaut la peine.


    Pour les personnes ayant des enfants de 3 à 12 ans, des ateliers sont proposés "autour" des oiseaux bien évidemment, ainsi que différentes aires de jeux.

    Vous pourrez découvrir d'autres oiseaux sur mon blog (http://nokomis.eklablog.com), en effet, pendant ma journée dans le Parc, j'ai pu photographier 116 oiseaux différents, et je ne les ai pas tous vus.  

     

     



                                                                                                  Pascale Ménétrier Delalandre. 

     

     

     

     

    La photo et moi

    Retour aux galeries