• Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

     

     

     

     

    Le Guêpier d'Europe - Merops apiaster - European Bee-eater 

     

    Il était une fois... dans l'Oued (saison 2) 

     

    Un clic sur les photo pour ouverture en grand format

    Guêpiers d'Europe (2014)

    Magie que ce petit oiseau aux couleurs "Arc en ciel". 

    Quel photographe ne rêve pas de le rencontrer ? 

    Après l'émerveillement, chaque rencontre est un grand moment de bonheur. 

    Avec sa calotte et son manteau châtain, sa gorge jaune, sa collerette noire, ses scapulaires et son croupion jaune pâle, sa queue verte, ses ailes d'un mélange de bleus,
    et vert et de châtain, sa bande noir traversant l'oeil, ses yeux rouges... je vous présente le Guêpier d'Europe.
     

    La femelle est légèrement moins colorée de jaune que le mâle, essentiellement dans le bas du dos. Ses ailes également sont un peu moins vives. 

    Le juvénile quant à lui présente également des couleurs moins vives et son oeil est noir.

    La queue du Guêpier d'Europe possède deux rectrices nettement plus longues que les autres (ce n'est pas le cas des juvéniles), qui sont souvent très usées en fin de période de nourrissage ceci étant lié aux incessantes allées et venues dans les nids.

    Le bec du Guêpier est noir, long et courbé vers le bas, parfaitement adapté à la capture des insectes.

     Guêpiers d'Europe (2014) 

    Sa taille est à peu près celle d'un étourneau, et comme ce dernier il lui arrive d'avoir un vol similaire en plané. Il sait aussi prendre de belles altitudes en vol
    (bien plus haut que les étourneaux) et peu avoir de longues phases de plané, utilisant les courants thermiques à l'instar des rapaces. Puis il entreprend des phases de
    piqué et de rase-motte lors de la capture d'une proie.

     Guêpiers d'Europe (2014)

    Le "Guêpier" tient son nom du fait de son régime alimentaire principal, à savoir les hyménoptères : abeilles, guêpes, frelons... Pour autant, ils sont aussi friands de papillons,
    libellules, coléoptères, diptères, sauterelles, grillons... tout en ne négligeant pas une petite fourmi de temps à autre (c'est le cas des jeunes qui n'ont pas encore pris leur envol).
    Un guêpier peut ingurgiter à lui seul entre 100 et 200 insectes par jour (et non pas 500 comme le prétendent certains apiculteurs furieux - ce que je peux aisément
    concevoir -  quand une colonie revient s'installer chaque année à proximité des ruches).

    Lorsqu'une proie est attrapée, l'oiseau retourne sur une branche afin de la déguster. On peut aussi le voir frapper sa proie contre une branche aux fins de l'assommer ou
    d'en retirer le dard (dans le cas de guêpes, bourdons ...). 

    De temps à autres, on peut observer les guêpiers recracher une pelote de réjection contenant les restes non digérés (ailes, cuticule...).

     Guêpiers d'Europe (2014) 

    Le chant de contact du guêpier est reconnaissable entre mille. Cet oiseau, vivant en colonie, est facilement reconnaissable. Quand vous l'avez entendu une fois,
    vous savez s'il est présent ou non dans le secteur.

    Comme la plupart des oiseaux, le Guêpier recherche son habitat en fonction de la présence de nourriture (les insectes) et la proximité d'un lieu de nidification favorable.
    Ce dernier est constitué de terriers, creusés dans les parois sablonneuses ou parfois à même le sol.

    Il privilégie les zones situées à proximité d'un point d'eau (rivière, étangs, marais ...) favorisant la présence de nombreux insectes. On trouve donc le guêpier d'Europe sur
    les rives des rivières et fleuves aux berges abruptes, les sablières et falaises, dans les zones cultivées, bordées de grands arbres, dans lesquels ils aiment se poser.  

    Contrairement à ce que l'on peut s'imaginer, les Guêpiers ne dorment pas dans leur nid, mais à la cime des arbres, et pas forcément à proximité immédiate du lieu de nidification.

     

     

    Les guêpiers d'Europe arrivent en France à partir de la mi-avril ce qui fût le cas cette année et la colonie revient généralement sur le même lieu de nidification tous les ans,
    sauf impossibilité particulière (destruction du site, de la colonie, météo défavorable ...).
     

    A l'instar du martin-pêcheur, les terriers sont composés d'une galerie débouchant sur une "chambre" d'environ 30cm sur 15 de haut, mesurant entre 1 et 2 m de long,
    représentant entre 10 à 12kg de terre à retirer s'ils choisissent d'en fabriquer un "tout neuf". Certains terriers peuvent être réutilisés d'une année à l'autre.

     Guêpiers d'Europe (2014)

    Les couples arrivent déjà formés sur le lieu de nidification mais des individus solitaires peuvent aussi parfois chercher à rivaliser avec un congénère.
    Toujours est-il que le mâle doit maintenir les fondations du couple par des offrandes d'insectes à sa femelle.
     

    La femelle pond en moyenne entre 4 et 6 oeufs sur une période de 2 jours. Les deux parents assurent la couvaison à tour de rôle. L'incubation dure une vingtaine de jours.
    L'éclosion se situe dans le première quinzaine de juin. L'envol des jeunes se situe un mois après. Une deuxième couvée peut parfois être en parallèle dans une autre galerie
    au cas où la première se passerait mal.

    La colonie quitte son lieu de nidification le soir. La femelle reste avec les jeunes dans le terrier. Le matin, la colonie revient sur les lieux pour reprendre le nourrissage
    qui durera toute la journée. On assiste alors a des entrées incessantes dans les terriers. Quand les jeunes sont prêts à l'envol, les adultes réduisent les apports en nourriture
    pour inciter les jeunes à sortir du terrier. Ainsi, il n'est pas rare de voir un adulte se poser à l'entrée de celui-ci avec un insecte dans le bec et repartir afin d'inciter
    le jeune à le suivre hors du terrier. Une fois que les jeunes ont pris leur envol, ils sont encore un peu nourri par les adultes à l'extérieur mais devront rapidement apprendre
    la chasse en les observant.

    Une fois la colonie au grand complet et constituée des jeunes de l'année, ils quittent le lieu de nidification tout en restant dans les parages durant 1 mois environ.  
    Ce temps est nécessaires pour les jeunes de manière à s'aguerrir et se fortifier, tout autant que pour les adultes qui ont besoin de reprendre des forces après cette
    période épuisante qu'est le nourrissage. A cette issue, ils entreprendront de nouveau un voyage de plusieurs milliers de kilomètres vers l'Afrique.

    Le Guêpier chasse en vol, avec des vols planés très gracieux et d'une dextérité surprenante parfois proche de celle de l'Hirondelle dans les virages et les piqués.

     Guêpiers d'Europe (2014)

    L'aspect communautaire est important dans une colonie. En effet, les individus isolés aident les parents au nourrissage de tous les jeunes.
    Ainsi, sur une colonie, deux tiers représenteront les couples mais le tiers restant sera également actif au nourrissage.

    Le Guêpier d’Europe est essentiellement en danger de par la destruction de ses lieux de nidification (parois meubles, carrières sablonneuse...) mais pour beaucoup
    par l'utilisation des pesticides qui influe sur la quantité d'insectes présents. Les conditions météorologiques sont aussi des facteurs importants (moins de chaleur,
    moins d'insectes) et par les fortes pluies ou inondations qui peuvent avoir un impact désastreux sur la nidification.

     

    Les principaux prédateurs du Guêpier d'Europe sont les rapaces (Faucons pèlerins, Hobereau, Eperviers, Faucon d’Eléonore lors de la phase de migration) mais
    également les Chats, Couleuvres, Fouines, Martres et autres mustélidés pouvant s'attaquer aux terriers.

     

    ________________________________________

     

    Août 2012, fût ma première rencontre avec les Guêpiers d'Europe.
    Depuis, il m'est impossible de passer un été (c'est donc le troisième), sans aller leur tenir compagnie régulièrement et les admirer durant de longues heures.

    Le Guêpier d'Europe est un oiseau relativement peu farouche, qui aime venir se poser sur les mêmes perchoirs.
    Pour le photographier (beaucoup coquin), un peu de bon sens et de discrétion devrait vous permettre de le mettre en boîte si vous avez la chance d'en avoir
    près de chez vous !


    27 avril : Cette année, nous avons pu constater leur arrivée (en petit nombre), un peu plus tôt que l'année précédente (environ une semaine) 
    Ce jour là, nous n'avions pas pris notre matériel d'affût, pas certains du tout de leur arrivée sur le site de nidification.
    Nous avons toutefois pu faire quelques clichés en approche en faisant en sorte de ne pas les déranger.

    La semaine précédente le site était encore désert.

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)


    Nous y retournons quelques jours plus tard, mais la tente affût restera par deux fois dans le coffre de la voiture, bien trop de vent pour l'installer.

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

    Le 8 mai,  le reste de la colonie semble avoir rejoint les "éclaireurs", et les oiseaux nous semblent être plus nombreux que les deux années précédentes.  

    Cette fois, nous avons pu installer la tente d'affût, le vent à pris des vacances...

    Guêpiers d'Europe (2014)

    Les guetteurs font toujours leur travail en prévenant le reste de la colonie par des petits cris bien spécifiques. Tout le monde s'envole à notre arrivée.

    L'activité des Guêpiers ne reprend qu'après une bonne demi-heure de patience, cachés et sans bouger. 

    En ce jour, quelques parades nuptiales ont déjà commencé mais restent rares. Nous assistons à quelques offrandes entre couples...

     

       Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     ...à la préparation des nids ou au choix d'un nid déjà existant pour s'installer pour l'été.

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

    Nous assistons également à de magnifiques parades en vol. 

    Les vols en couple sont fréquents. Ils peuvent jouer pendant de longues minutes.

    Certains ont investi des nids déjà existants, d'autres choisissent une toute nouvelle demeure.

     

       Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)


    Ces journées sont vraiment de grands moments d'intense bonheur... Parfois, dans notre observation admirative, nous en oublions les APN.

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

    Autres conditions d'affût et vue sur le site de nidification.

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     Première quinzaine de Mai

    Ce jour là, trop de vent pour installer la tente d'affût,  j'opte donc pour le filet accroché aux branches et le cheik pour camoufler le matériel de manière à rester discrète.
    Le filet se gonfle sous les rafales, mais tout s'agite en même temps aussi dans la nature, donc les Guêpiers ne s'en affolent pas.
    J'en profite également pour tester mes prises de vues en vol avec le trepied et la rotule pendulaire.
    Dans ce genre de situation, ce matériel est très confortable (même s'il n'est pas habituel pour moi), car en affût et à bout de bras pendant des heures, j'avoue que le poids fatigue.
    Cela permet aussi de se libérer quand il ne se passe pas "grand chose" alentours et d'observer plus près du sol par les ouvertures car les petites bêtes ne manquent pas non plus.

    En effet, ces oiseaux ont la manie de venir par vagues. Ils peuvent disparaître tous ensemble pendant vingt bonnes minutes, et reviennent en masse
    également, au point de ne plus savoir ou donner de la tête quand ils sont de retour.

    Toujours pas d'accouplement, et très peu d'offrandes de nourriture. 
    Chacun mange encore pour soi. Besoin de reprendre des forces après leur longue migration j'imagine.
    En revanche, les vols en couple sont de plus en plus fréquents. Ils peuvent jouer pendant de longues minutes.
    L'activité de construction des nids est vraiment bien établie.
    Pour ceux qui ont choisi une nouvelle demeure, il leur aura fallu creuser et retirer environ 12 kg de terre pour la ponte de la saison.


    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)     Guêpiers d'Europe (2014)    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

     Guêpiers d'Europe (2014)    Guêpiers d'Europe (2014)    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

    Mi- Mai à mi Juin : Les oiseaux sont maintenant en période de couvaison. Ils vont et viennent dans les nids en chassés croisés et avec une régularité étonnante.

    C'est un sacré boulot qu'ils viennent faire en France durant la belle saison !

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

    Sur leur terrain de chasse

       

     

     

             

     

     

             

     

    Les guêpiers recrachent de temps en temps une pelote de réjection contenant les restes non digérés (ailes, cuticule ...).

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

    Mi-juin : les petits sont nés, nous les entendons appeler les parents du fond des nids.

     

    Mi juillet : Les petits montrent leur bec à l'entrés des terriers mais sans s'aventurer loin dehors.
    Quelques secondes à peine et les voilà déjà retournés au fond de leur galerie.

     

    Fin Juillet : La plupart des jeunes ont pris leur premier envol et se joignent aux adultes dans la chasse aux insectes.
    Quelques retardataires s'attardent de plus en plus longtemps à l'entrée des nids.
    Les parents au dehors ont cessé les apports de nourriture et les incitent de leur chant à les rejoindre.

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   

     

     

    Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)   Guêpiers d'Europe (2014)

     

                 

     

                

     

                

     

     

    3 Août : A notre arrivée, le site semble "vide", plus un chant ne parvient à nos oreilles. Sont ils déjà repartis ?
    Au bout de quelques minutes en inspectant les lieux, nous constatons que sur la totalité des terriers occupés, un seul jeune n'a pas encore pris son envol.

    Je le surnomme "Rantanplan".

    Seuls deux adultes sont encore actifs sur le site pour l'appeler. Ils repartent et reviennent environ toutes les vingt minutes.

    Ce doit être un grand moment de se lancer du haut de la "falaise" pour ces jeunes, car on sent bien que c'est une décision difficile à prendre pour lui.
    Il est tenté, mais... Cette incertitude à duré toute la journée, et nous avons du quitter le site avant de le voir s'envoler pour sa première fois.

     

    Guêpiers d'Europe (2014)

     

    Dès le lendemain, le site était désert et le restera en attendant le printemps prochain.
    Rantanplan avait lui aussi pris son envol.

        

     

    Je souhaite à tous les amoureux des oiseaux de pouvoir les rencontrer,
    et vous laisse en compagnie de ces superbes oiseaux. 



    ---

    QUELQUES INFORMATIONS :
    Source ICI

     

     

    Guêpier d’Europe - Merops apiaster

     

    Ordre des Coraciiformes – Famille des Méropidés

     

    QUELQUES MESURES : 
    L : 28 cm + filets: M : 2,5cm – F : 1,8 cm
    Poids : 44-78 gr

     

    DESCRIPTION DE L’OISEAU : 
    Le Guêpier d’Europe est un bel oiseau élégant, semblable à un arc-en-ciel quand il est en vol. 
    Visiteur d’été dans le sud de l’Europe, ce joli guêpier est un régal pour les yeux !

      

    Le mâle adulte en plumage nuptial a la calotte et le manteau châtain vif. Les scapulaires et le croupion sont jaunâtre pâle. 
    La queue et les filets sont verts, tout comme les couvertures sus-caudales. 

    Sur le dessus des ailes, les primaires, les premières couvertures et les tertiaires sont vert à bleu-verdâtre. 
    Le reste des ailes est châtain. Le bord de fuite est sombre.

    Sur les parties inférieures, la gorge est jaune, bordée d’une collerette noire. 
    Le reste des parties inférieures est bleu-verdâtre. Le dessus des ailes et de la queue est blanc grisâtre.


    Sur la tête, la base supérieure du bec est blanche et le front est bleu-verdâtre. La calotte est châtain foncé. 
    Les lores sont noirs, s’étendant à travers l’œil jusqu’aux couvertures auriculaires en une bande noire légèrement bordée de bleu-verdâtre en dessous. 

    Le bec noir, robuste et pointu est légèrement courbé vers le bas. Les yeux sont rouges. Les pattes courtes et les doigts sont gris-brun.

    Le mâle en automne est plus vert. La calotte, la collerette et les scapulaires sont teintés de vert, alors que le manteau, le dos et le croupion sont verts. 
    Le mâle en hiver est plus terne qu’en plumage nuptial.

    La femelle a les scapulaires et le bas du dos plus verts, moins jaunes que le mâle. Les ailes sont plus ternes et les parties inférieures plus pâles. Les filets sont plus courts que chez le mâle. 
    Le juvénile est plus clair que les adultes et ses yeux sont bruns.

     

    CRIS ET CHANTS : 
    Le Guêpier d’Europe est une espèce vocale, souvent bruyante quand elle se nourrit ou pendant les migrations. 
    Au site du nid, les sons émis sont plus doux. 
    Le cri de contact est agréable. C’est un trille qui porte loin « prruip » ou « pruuk ». 
    Une oreille attentive peut décerner des inflexions très subtiles dans certains cris qui sont pourtant de structure simple.

     


    HABITAT : 
    Le Guêpier d’Europe fréquente les vallées fluviales, les pâturages, les zones cultivées avec quelques arbres, les prairies et les plaines, 
    les abords des collines ensoleillées, les rives broussailleuses des fleuves dans les semi-déserts, et aussi les plantations de chêne-liège et d’oliviers, 
    les rizières et les champs de céréales. 

    En Afrique, sur les zones d’hivernage, il fréquente les savanes, les rives des lacs et les zones cultivées.

     


    DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
    Le Guêpier d’Europe se reproduit dans le sud de l’Europe, en Afrique du Nord et du Sud et à l’ouest de l’Asie. 
    Cette espèce est très migratrice et hiverne en Afrique Tropicale, en Inde et au Sri Lanka.

     

    COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
    Le Guêpier d’Europe se nourrit en priorité d’Hyménoptères tels qu’abeilles, guêpes et frelons, et autres insectes similaires. 
    Il les capture en vol, depuis un perchoir exposé d’où il s’élance à leur poursuite. Avant d’avaler sa proie, il la frappe sur une surface dure pour enlever le dard. 
    Un seul guêpier peut consommer jusqu’à 250 abeilles par jour.

     


    Mais il capture aussi d’autres insectes tels que libellules, cigales, papillons et termites. La proie est capturée après une courte poursuite en vol ou depuis un arbre, 
    un fil électrique ou une clôture. Elle est ensuite transportée au perchoir pour la tuer et l’avaler.

    Le Guêpier d’Europe rejette fréquemment des pelotes contenant les parties indigestes des insectes.

     

    Comme cet oiseau nidifie dans des terriers, il a besoin de prendre des bains dans l’eau et dans la poussière afin de se débarrasser des parasites qui infestent sa peau.

     

    Au début de la saison de reproduction, le Guêpier d’Europe effectue quelques parades qui mettent en valeur les couleurs vives de son plumage. 
    Les couples se forment sur les zones d’hivernage en Afrique. 

    Les parades vocales sont importantes. L’oiseau gonfle les plumes de la calotte et du cou, déploie sa queue vibrante et relève les ailes tandis qu’il chante. 
    Il fait aussi des offrandes de nourriture à la femelle, très vite après leur arrivée sur les aires de reproduction. Les accouplements suivent en général ce comportement, 
    mais souvent après plusieurs offrandes.

     


    Les parades aériennes ressemblent au vol d’un papillon, avec des glissés ailes bien relevées suivis de battements peu profonds tandis que le mâle chante fortement. 
    Différentes postures sont adoptées par les deux partenaires posés face à face. Les ailes sont relevées, les plumes de la calotte sont dressées en pointe, 
    le corps se balance de haut en bas, tout ceci en guise de prélude à l’accouplement.

     


    VOL : 
    Le Guêpier d’Europe a un vol agile. Ses longues ailes assez larges et pointues lui permettent de couvrir de longues distances en migration, jusqu’à 500 km en une seule journée. 
    L’oiseau fait preuve d’une grande mobilité quand il chasse, s’élance depuis un perchoir, ou poursuit un insecte en vol continu haut dans le ciel. Habituellement, il effectue des battements gracieux alternés avec des accélérations soudaines avec les ailes bien tendues.

     


    REPRODUCTION DE L’ESPECE :
    La saison de reproduction varie selon la distribution géographique. 
    Le Guêpier d’Europe nidifie habituellement en colonies lâches, mais aussi parfois en solitaire. 
    Très vite après leur arrivée sur les aires de reproduction, le couple et quelques aides creusent le terrier sur le site de naissance du mâle. Le nid est situé dans un endroit sablonneux plat ou en pente, mais souvent dans des parois terreuses.

     


    Les guêpiers enlèvent entre 7 et 12 kg de terre du tunnel, et la construction peut durer entre 10 et 20 jours. Le terrier mesure de 70 à 150 cm de long. 
    Il est de section ovale, de 7 x 9 cm. Il peut être droit ou légèrement courbe, souvent horizontal mais parfois incliné selon le site.

     


    La femelle dépose 4 à 10 œufs à un ou deux jours d’intervalle. L’incubation dure 20 jours, parfois davantage dans le Paléarctique, mais seulement 13 jours en Afrique du Sud. 
    Les deux sexes prennent des tours pour couver, de 10 à 60 minutes dans le Paléarctique, et de 2 à 3 heures en Afrique du Sud. 

    Les poussins naissent nus et aveugles sur une période de 2 à 6 jours. Les plumes poussent un peu plus tard et en même temps, le poussin voit et bouge, et devient agressif.

     


    Les jeunes sont nourris par les adultes et quelques aides. Ils atteignent le poids des adultes à l’âge de 15-17 jours pour 55 grammes, et à 20-25 jours, ils pèsent 60 à 70 grammes. Les parents les nourrissent pendant encore trois semaines après l’envol qui a lieu environ un mois après la naissance. 
    Une seconde couvée peut être mise en route si la première est perdue, et un second terrier sera rapidement creusé pour cette nouvelle couvée.

     


    ALIMENTATION : 
    Le Guêpier d’Europe se nourrit principalement d’insectes tels qu’Hyménoptères, Diptères et Odonates, mais aussi de termites, papillons et sauterelles. 
    Il chasse en volant, ou en s’élançant depuis un perchoir exposé. Les abeilles, guêpes et frelons ainsi que les espèces similaires sont tuées et le dard est enlevé avant de les avaler.

     


    PROTECTION / MENACES / STATUTS :
    Le Guêpier d’Europe est commun localement et largement répandu dans la majorité de sa distribution. Cependant, cette espèce est menacée par la chasse en tant que parasite ou pour la consommation, par l’usage des pesticides qui réduit les populations d’insectes, par la canalisation des cours d’eau qui supprime les rives sableuses et donc les sites de nidification, et par les développements et les dérangements humains. 
    Mais l’espèce n’est pas menacée pour le moment.

     

     

     

    La photo et moi

    Retour aux galeries